Adhérer à la ZAL… comment faire ?

Pour le projet 2020-2024, nous mettons en place des adhésions individuelles pour la Zone Atelier Loire. L’objectif est de répondre aux critères d’une infrastructure de recherche ainsi que de mieux évaluer le nombre de personnes impliquées dans la ZAL. Le formulaire d’adhésion est très rapide à remplir et comporte deux modalités :   

  • Une adhésion en tant que membre associé permettant de bénéficier des informations de la ZAL (Lettre infos, actualités). La participation aux animations sera toujours possible mais sans prise en charge par la ZAL. 
  • Une adhésion pour devenir membre de plein droit qui permet de répondre à l’appel à projet interne, de profiter du futur système de prêt de matériel, de lettre de soutien à vos projets, et de reconnaissance nationale, européenne et internationale de la ZAL. L’ensemble des modalités d’adhésion se trouve dans la charte à la suite du formulaire d’adhésion. 

Lettre de la ZAL N°1 est disponible

La lettre de la ZAL est une news letter qui contient des informations sur les activités de la ZAL, du réseau des zones atelier (RZA) ainsi que des nouvelles de la construction du projet eLTER à l’échelle européenne. Vous y trouvez également la présentation de résultats sur un des sites ateliers. La lettre de la ZAL n°1 présente ainsi des travaux effectués sur le site de Blois. Pour la prochaine lettre, nous sommes ouverts à toutes propositions de diffusion de résultats sur un autre site de la ZAL.

10/12/2019 : Réunion de Travail – Déployer des projets communs autour de la flore ligérienne.

Réunion de travail organisé par le Conservatoire d’Espaces Naturels en collaboration avec la Zone Atelier Loire à la salle polyvalente de la Maison des Sciences Humaines du Val de Loire (MSH), Tours.

Elle fait suite aux séminaires organisés sur la flore alluviale en 2017 et d’une réunion de travail pour construire un projet commun autour de la flore ligérienne en 2018.

Les objectifs sont :

  1. de contribuer à la structuration des échanges de données entre chercheurs et gestionnaires;
  2. de développer un protocole de suivi à l’échelle du bassin versant pour améliorer la gestion d’habitats patrimoniaux;
  3. la rédaction d’une clé d’identification des communautés végétales des vallées alluviales de la Loire.

Programme de la journée

13-14/11/2019 – Séminaire Actions Transversales RZA – Relations Homme-Nature et trajectoires des socio-écosystèmes

Francois Vendel, Ingénieur en charge de l’animation de l’AT Homme-Nature 2 (ATHN2) se déplace à Tours pour travailler avec les membres de la ZAL sur nos études de cas. 

Le séminaire rappellera ce qu’est le projet de l’ATHN2, la démarche, ses objectifs et les dates, ainsi qu’une présentation de ses travaux, de l’outil frise et des étapes de sa construction.  Dans un second temps,  un groupe de travail sera mis en place pour chaque site d’étude pour cadrer la problématique et définir par la suite l’approche à adopter. Il sera possible de définir certains éléments constitutifs de la frise, selon le temps disponible.

Avis de parution – « Les tourbières et la tourbe, géographie, hydro-écologie, usages et conservation », aux éditions Lavoisier Tech&Doc

Les tourbières sont présentes sur la Terre depuis environ 400 millions d’années. De distribution planétaire, ces écosystèmes ont contribué à l’évolution des premières flores et faunes terrestres et offrent aux paléo-écologues, aux pédologues, aux géographes, un précieux terrain de recherche.

L’ouvrage propose une somme de connaissances considérable, sans équivalent en langue française. Organisé en 4 parties et 11 chapitres, il aborde tous les aspects des tourbières et de la tourbe : le vocabulaire propre à cet écosystème, les sols, la faune, la flore, l’origine, la répartition géographique, l’utilisation de la tourbe, les services écosystémiques, les menaces pesant sur les tourbières et les actions menées pour leur préservation ou leur réhabilitation. Il s’adresse aux pédologues, géographes, écologues, aux gestionnaires des milieux aquatiques et des espaces naturels, ainsi qu’aux étudiants, enseignants et chercheurs en sciences de l’environnement.